Comment étaient les premiers chrétiens et comment ils vivaient?

illustration-de-l'enseignement-apôtre-paul[1]Animé par une foi exclusive qui ne permettait pas de compromis, Les chrétiens ont refusé toute participation aux cultes traditionnels: cérémonies et fêtes en l'honneur des dieux, mais aussi des formes d'association qui y sont liées comme les banquets et les spectacles, ainsi que la consommation de viande lors des rites sacrificiels.

Certaines professions ou modes de vie étaient incompatibles avec le baptême et les contraignaient donc à refuser ou à reporter: en particulier tout ce qui a à voir avec les cultes, avec des tempes, avec divination, et encore plus avec le la magie, l'amphithéâtre, la cirque ou la théâtre et le la prostitution, mais aussi le métier de soldat, le pouvoir judiciaire impliquant le pouvoir de l'épée et / ou l'accomplissement de rites en l'honneur des dieux ou des empereurs ne pouvait pas être d'accord avec le rite baptismal. les chrétiens, puis, ils se sont tenus à l'écart d'une partie de la vie publique, et pour cela, ils ont été accusés de misanthropie et de "haine de la race humaine" (Tacite). Comme leur foi a déterminé des pratiques religieuses spécifiques, à la fois individuel et collectif, Les chrétiens étaient soupçonnés d'être une secte dangereuse vouée à une "superstition vaine et insensée", puisqu'ils adoraient comme un dieu "un criminel dûment condamné par un magistrat romain à la plus infâme des tortures, celui de la croix ". Ils ont été accusés, par erreur, accomplir des rites terrifiants ou immoraux pour le meurtre d'enfants, cannibalisme, magie - et coutumes sexuelles dépravées. enfin, ils étaient méprisés par les intellectuels et les milieux éduqués. Pour le philosophe Celse (à la 178), par exemple, c'étaient des gens de "l'ignorance suprême", «Sans éducation» ni culture, qui a dupé les esprits faibles (femmes et enfants, artisans, esclaves et libres, profitant de leur crédulité et mettant ainsi en danger la famille et la société.

Les chrétiens ont répondu à ces accusations: "Nous ne faisons rien de mal", nos costumes sont purs. «Nous vivons avec vous, nous menons le même genre de vie ", a écrit Tertullien Vers le 197, soulignant que les chrétiens cultivaient la terre, ils se sont consacrés au commerce, fréquenté le forum, le marché, le terme, les magasins, les hotels, les foires, en un mot ils ont vécu avec et comme leurs concitoyens. En effet, Les chrétiens ont pris le les distances des coutumes et des formes de socialité de leur monde, quand ils n'étaient pas compatibles avec leur foi et leurs valeurs.

Leurs repas en commun, agapi - objet de beaucoup de discussions -, ils étaient emblématiques de la socialité chrétienne: sous le regard de Dieu, ils étaient caractérisés par la modestie, modestie et sobriété (ils n'ont pas trop bu et ont chanté des hymnes en l'honneur de Dieu). Un chrétien pourrait aller aux bains, mais juste pour se laver; et pourrait allumer de l'encens en l'honneur des morts. "Quant aux spectacles, nous y renonçons ", écrivait encore Tertullien, qui dénonçait la folie du cirque - où les courses de chars déchaînaient des passions frénétiques -, l'immoralité du théâtre et les atrocités de l'amphithéâtre - où les spectateurs ont montré un plaisir sadique face à la mort d'êtres humains contraints de se massacrer (et gladiateurs) ou d'exposer à des foires - et a accusé la vanité des compétitions sportives. Si, en ce qui concerne les courses et les jeux sanglants de l'amphithéâtre, la critique chrétienne se rapprochait de celle de certains (les stoïciens), il contenait également un dénonciation du personnage idolâtre et donc diaboliques - puisque les dieux étaient identifiés aux démons - de certaines pratiques, dont les contemporains eux-mêmes n'étaient peut-être pas conscients, comme le caractère religieux de la procession qui a précédé les courses de cirque ou le fait que les combats de gladiateurs proviennent de sacrifices humains en l'honneur des morts. La renonciation aux spectacles, puis, c'est sans aucun doute une marque de fabrique des chrétiens.

Église dans les maisons
Église dans les maisons

Conseiller aux femmes chrétiennes de "plaire uniquement aux [leur] mari", et donc de ne pas recourir à des dispositifs de séduction comme le maquillage, bijoux et robes luxueuses ou sans vergogne, Tertullian a fait valoir que cette règle s'appliquait en fait à tout le monde, et que tout conjoint, Chrétien ou pas - un cas qui était tout sauf rare - il considérait la chasteté comme le plus beau des ornements. Dans ce, La morale chrétienne était en parfait accord avec la morale commune, sinon avec les douanes. Cependant, Tertullian a exhorté les femmes chrétiennes à quitter la maison pour aider les pauvres, participer au saint sacrifice et écouter la parole de Dieu; il a permis des visites amicales à des femmes non chrétiennes car elles pouvaient être un exemple. de même, Clemente Alessandrino, engagement à «décrire» dans le Éducateur (à la 190) comme "ceux qui veulent se dire chrétiens doivent l'être pour toute leur vie", il a donné des conseils très pratiques pour vivre dans le monde avec simplicité, modération et maîtrise de soi, et faire bon usage de ce que Dieu avait créé. Il faut prendre en compte, mais, que ces conseils sur la morale et la vie quotidienne représentaient un discours normatif adressé à une classe sociale aisée. On sait très peu, en fait, de la vie réelle de la majorité anonyme des gens ordinaires, hommes et femmes, Chrétien ou non chrétien. aussi, reporter le baptême à la fin de la vie nous a permis de continuer à vivre «comme avant», sans parler de la pression sociale et des positions auxquelles les notables des villes n'ont pu échapper pour aucune raison.

En faisant de l'union du Christ et de l'Église le modèle du mariage, Les chrétiens ont jeté les bases d'un vrai éthique de l'union conjugale, fondée sur la maîtrise de soi et la fidélité mutuelle des époux. Il a suivi que, être admis au baptême, un homme vivant en concubinage a été contraint de contracter mariage; au contraire, une esclave concubine de son maître, il l'avait élevé je enfants et n'a pas eu de relations sexuelles avec d'autres hommes, elle pourrait encore être baptisée. Parmi les courants sectaires, comme les marcionites, qui a proclamé la continence absolue pour les hommes et les femmes, ainsi que parmi ceux qui ont nié la primauté de la virginité (Gioviniano) ou se moquer des femmes mariées (Jérôme), l'équilibre a été maintenu par les leaders des communautés, qui a insisté sur la valeur du mariage, bien qu'au quatrième siècle le modèle de la virginité consacrée soit exalté avec le développement de l'ascétisme. Blâmer l'adultère masculin et féminin et les pratiques sexuelles des garçons sans établir de différence entre libre et esclave, Les prédicateurs chrétiens ont contribué à faire prendre conscience que tous les hommes sont égaux et ont la même dignité, contrairement à l'usage courant, Les chrétiens ont condamné la pratique d'exposer les bébés non désirés, même quand il s'agissait d'enfants déformés.

Répondant au magistrat qui avait le pouvoir de les condamner à mort "Je suis chrétien" e, peut-être encore plus dans le cas des femmes, "Je suis chrétien", les futurs martyrs des deux sexes, refusant de fournir leurs données personnelles, faire connaître leur appartenance familiale ou leur rang de citoyen, accédé, au nom de leur foi, à la dignité des personnes en contrôle de leur propre destin. Tertullian a été le premier à s'adresser aux femmes, à travers un traité sur les toilettes: une innovation qui aurait suivi. Prêcheurs, Les rhéteurs et philosophes chrétiens se sont occupés de l'éducation des enfants des deux sexes, puis, au 4ème siècle, ils ont aussi commencé à s'occuper de la virginité, du mariage et du veuvage, dans des lettres et des traités souvent adressés aux femmes, contribuant ainsi au développement d'une nouvelle éthique familiale, premier dans les environnements aisés et cultivés, mais plus tard destiné à s'étendre à toute la société.

En effet, Les chrétiens se sont retrouvés dans une situation paradoxale, en tant qu'auteur anonyme du Lettre à Diognet (écrit en Alexandrie entre 190 et 210, et sans doute adressée à un magistrat chargé d'une enquête sur les chrétiens): «Les chrétiens ne diffèrent en rien des autres êtres humains […] ils n'habitent pas leurs propres villes, ils obéissent aux lois établies, mais avec leur vie ils surpassent les lois ". Similaire et en même temps différent, Les chrétiens avaient des valeurs et des comportements différents de ceux de leurs concitoyens. Contrairement aux stoïciens, qui voulait être «citoyens du monde», Les chrétiens "habitent la terre, mais ils ont leur citoyenneté dans le ciel ". Vivre dans toutes les villes du monde, ils étaient comme l'âme dans le corps. bien, "L'âme vit dans le corps, mais ce n'est pas du corps; alors, Les chrétiens vivent dans le monde, mais je ne suis pas du monde ". Tout en étant conscient de leur identité et de ce que cela impliquait, les chrétiens ont réclamé de toute façon, à l'exception de certains courants sectaires, leur appartenance à une famille, dans une ville, à l'Empire romain, ainsi que leur attachement à la culture gréco-romaine.

Sources bibliographiques

Histoire du christianisme modifiée par. Corbin
Tu pourrais aussi aimer
Laisser une réponse

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec ça, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite