Le canon biblique

Le canon biblique est une liste ou un ensemble de livres inclus dans la Bible et considérés comme faisant autorité et inspirés par Dieu. Le terme lui-même a été inventé par les chrétiens, mais l'idée est présente dans les sources juives.

Ces listes, ou redevances, ils ont été développés à travers le débat et l'accord avec les autorités religieuses de ces confessions. Les livres exclus du canon sont considérés comme non canoniques ou apocryphes. Il existe des différences entre les communautés juive et chrétienne et entre les canons des différentes confessions chrétiennes.

Les canons chrétiens sont considérés comme fermés (les livres ne peuvent pas être ajoutés ou supprimés. La fermeture du canon reflète le fait que la révélation publique est terminée et donc il n'y aurait pas d'autres livres complets et faisant autorité à canoniser. Au contraire, un canon ouvert permet l'ajout de livres supplémentaires grâce au processus de révélation continue, et c'est le cas de la Bible mormone.

Le mot “canon” vient du nom grec κανών “Kanon” Qu'est-ce que ça veut dire “canne” la “canne” ou aussi “régner” la “mesure”, qui à son tour dérive du terme hébreu baril “Kaneh” et est souvent utilisé comme étalon de mesure. si, un texte canonique c'est une seule édition faisant autorité pour un travail particulier. La création d'un texte canonique peut impliquer une sélection éditoriale à partir des traditions du manuscrit biblique avec une interdépendance variable. Les traditions importantes des manuscrits bibliques dans la Bible hébraïque sont représentées dans la Septante et Peshitta, dans le Pentateuque samaritain, dans le texte massorétique, et dans les manuscrits de la mer Morte.

Parmi les différentes confessions chrétiennes, il existe des différences considérables à la fois dans la manière de comprendre l'inspiration de la Bible et dans les listes réelles de livres considérés comme canoniques.. Vous pouvez donc avoir des frais différents:

  • Canon hébreu;
  • Canon samaritain;
  • canon orthodoxe;
  • Canon catholique;
  • Canon protestant;
  • Canon copte;
  • Canon syriaque.

La Bible chrétienne comprend l'Ancien Testament et le Nouveau Testament, chrétien spécifique, c'est-à-dire la partie relative à Jésus-Christ et à l'Église apostolique naissante.

La plupart des églises protestantes, mais avec des différences selon les périodes, suit pour l'Ancien Testament le canon hébreu de 39 livres (contre celle des Eglises catholiques et orthodoxes que d'autres ajoutent 7 livres apocryphes). Les livres qui n'appartiennent pas au canon de la Bible sont appelés deutérocanoniques par les catholiques et apocryphes par nous protestants.. Quant au Nouveau Testament à la place, Catholiques et protestants reconnaissent le même nombre de livres, 27. Le total est 66 livres.

Le canon des livres sacrés pour les Juifs comprend finalement 24 livres (le nombre devient cependant 39 compter les douze prophètes mineurs séparément, les deux livres de Samuel, les deux livres des rois, Esdras et Néhémie, les deux livres des Chroniques).

La Bible protestante, comme dit avant, consiste en 39 livres de l'Ancien Testament (commun à la Bible hébraïque), que je suis:

La Torah (Droit):

genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome.

Les prophètes ou livres historiques:

Joshua, Les juges, Premier et deuxième livre de Samuel, Premier et deuxième livre des rois.

Les derniers prophètes:

Isaiah, Gérémie, Ezekiel.

Les petits prophètes:

Ce est à dire, Joël, Amos, Abdias, Jonas, Michea, Non, Abacuc, Sophonie, Aggée, Zaccaria, Malachie.

Les écritures:

détroit, les proverbes, Travail, Chanson des chansons, Rut, Lamentations, Ecclésiaste, Ester, Daniele, Ezra, Néhémie, Premier et deuxième livre des Chroniques.

Aussi pour le Nouveau Testament, écrit en grec (bien que peut-être l'évangéliste Matthieu ait composé son livre en hébreu ou en araméen), dans les temps anciens, il y avait eu des différences entre les différentes églises sur le nombre de livres à accepter comme inspirés. En particulier, des doutes avaient surgi sur les épîtres non attribuées à Paul de Tarse et sur l'Apocalypse. Les livres controversés du Nouveau Testament étaient appelés antilegomena dans l'Antiquité.

Le Nouveau Testament se compose de 27 Livres (commun à toutes les confessions chrétiennes):

Evangiles:

Évangile selon Matthieu

Évangile selon Marc

Évangile selon Luc

Évangile selon Jean

Actes des apôtres

lettre Paoline:

Lettre aux Romains

Première lettre aux Corinthiens

Deuxième lettre aux Corinthiens

Lettre aux Galates

Lettre aux Éphésiens

Lettre aux Philippiens

Lettre aux Colossiens

Première lettre aux Thessaloniciens

Deuxième lettre aux Thessaloniciens

Première lettre à Timothy

Deuxième lettre à Timothy

Lettre à Titus

Lettre à Philémon

Plus Epislole:

Lettre aux Hébreux (attribué par plusieurs auteurs anciens à Paul)

Lettre de Jacques

Première lettre de Peter

Deuxième lettre de Pierre

Première lettre de Jean

Deuxième lettre de Jean

Troisième lettre de Jean

Lettre de Jude

Apocalypse de Jean

Le total des livres inspirés est donc 66.

Tu pourrais aussi aimer
13 commentaires
  1. Ivano Franceschinis

    Un autre doute - j'en ai vraiment plusieurs…-:en effet les différentes lettres doivent être considérées comme faisant partie du canon? Les évangiles sont des livres historiques( et pas seulement, évidemment) ainsi que les Actes, L'Apocalypse prétend être inspirée par Dieu et est écrite pour être divulguée, mais les lettres? Ce ne sont que des lettres adressées à des églises particulières et je ne pense pas que les auteurs aient imaginé leur inclusion dans la Bible. Les interprétations qu'ils contiennent ne peuvent être considérées comme correctes que dans la mesure où elles ne contredisent pas le message des évangiles,mais par exemple quand Paul dit “les femmes dans les assemblées se taisent parce qu'elles n'ont pas le droit de parler” il me semble qu'il s'éloigne du message de l'égalité chrétienne…Je ne peux pas dire que je te connais mais je ne pense pas que tu resterais soumis et silencieux…

    1. Sandro

      Les lettres contiennent des enseignements opulents relatifs à Jésus, comme exhortations et explications de toute la Bible, incluso dell'AT. Ils sont fondamentaux comme tout autre livre et il faut se rappeler qu'eux aussi sont inspirés par Dieu, comme il est écrit à l'intérieur d'eux. E’ pour cette raison, ils font partie du canon biblique, car ils sont la Parole de Dieu.

      Toutes les Écritures sont divinement inspirées et utiles pour enseigner, convaincre, corriger et instruire en justice, afin que l'homme de Dieu soit complet, bien approvisionné pour chaque bon travail. (2Timoteo 3:16)

      1. Ivano Franceschinis

        dans le verset que vous citez Paul ne prétend certainement pas que ses lettres font partie de l'Écriture et qui sait si certains évangiles écrits circulaient déjà…Je ne dis pas que les lettres ne sont pas utiles pour une compréhension plus profonde des Écritures mais il est probable qu'il y ait eu d'autres lettres, aussi d'autres évangélisateurs, qui ne nous sont pas parvenus et qui auraient pu présenter des interprétations divergentes. Après tout, il fallait un concile pour décider de la circoncision des Gentils, malgré le fait que le Saint-Esprit était certainement présent parmi les apôtres.; et dans la décision finale, l'obligation d'abstention est maintenue “du sang, d'animaux étouffés”, une obligation qui me semble rejetée si l'on soutient que le salut ne se produit que par la foi

      2. Sandro

        La Bible est l'ensemble de tous les livres divinement inspirés. S'il y avait d'autres livres avec des interprétations divergentes, ils ne seraient pas considérés comme la Parole de Dieu, – comme les apocryphes. – L'Ancien Testament et le Nouveau Testament se complètent, l'un est l'exact accomplissement de plus de 2000 prophéties de l'autre, tout se rapportant au Christ, et il n'y a pas de prophétie qui ne s'est pas réalisée ou qui n'est pas en train de s'accomplir, suggérant que plus de livres sont nécessaires. Toute la Bible, bien qu'écrit sur une période de plus de 1500 âge, il ne contient pas une seule contradiction, bien que les auteurs, souvent, ne connaissait pas la présence des autres.
        Le texte le plus convaincant sur le canon fermé est les Écritures elles-mêmes, auquel presque rien n'a été ajouté 2000 âge.

        “Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie dans ce livre: si quelqu'un y ajoute quelque chose, Dieu ajoutera à ses maux les fléaux décrits dans ce livre; si quelqu'un enlève quelque chose aux paroles du livre de cette prophétie, Dieu enlèvera sa part de l'arbre de vie et de la ville sainte qui sont décrits dans ce livre.” (apocalypse 22:18-19)

        N'ajoute rien à ses propos, pour qu'il ne te réprimande pas et que tu sois trouvé menteur. (les proverbes 30:6)

        Quelques observations importantes, pris ensemble, ils ont convaincu l'église au cours des siècles que le canon de l'Écriture est vraiment fermé et ne sera jamais rouvert.

        Le livre de l'Apocalypse est unique dans les Écritures en ce qu'il détaille les événements de la fin de l'histoire et précédant l'avenir éternel.. Alors que la Genèse commence les Écritures en reliant le passé éternel à notre existence dans le temps avec seulement le récit détaillé de la création (genèse 1-2), il y a un silence parallèle après que Jean ait écrit l'Apocalypse. Cela nous amène également à la conclusion que le canon du Nouveau Testament était alors fermé.
        Tout comme il y eut un silence prophétique après que Malachie ait achevé le canon de l'Ancien Testament, il y a donc eu un silence parallèle après que Jean ait écrit l'Apocalypse. Cela conduit à la conclusion que le canon du Nouveau Testament était alors fermé ainsi.
        Puisqu'il n'y a pas eu, il n'y a pas non plus, des prophètes ou des apôtres au sens de l'Ancien ou du Nouveau Testament, il n'y a plus d'auteurs possibles de futurs écrits inspirés et canoniques. La Parole de Dieu “il a été transmis aux saints une fois pour toutes”, et ne doit pas y être ajouté, mais à la place, bats-toi fort pour ça (Juda 3).
        Des quatre exhortations bibliques à ne pas changer les Écritures, seulement celui dans l'Apocalypse 22:18-19 contient des avertissements de jugement divin sévère pour désobéissance. aussi, l'Apocalypse est le seul livre du Nouveau Testament qui se termine par ce type d'avertissement et a été écrit plus de 20 ans après le reste du Nouveau Testament. Les faits suggèrent donc que l'Apocalypse est le dernier livre du canon et que la Bible est complète; ajouter ou supprimer serait contre la volonté de Dieu.
        enfin, l'église primitive, le plus proche dans le temps des apôtres, il croyait que l'Apocalypse concluait les écrits inspirés de Dieu, les Écritures.
        On peut donc conclure, avec le raisonnement biblique, que les frais sont et resteront fermés. Il n'y aura pas de 67e livre de la Bible à l'avenir.

        Concernant la circoncision et donc, la loi:

        Alors que dirons-nous à ce sujet, que notre père Abraham obtint selon la chair? Car si Abraham était justifié par les œuvres, il a de quoi se vanter; mais il n'a rien à se vanter devant Dieu. en fait, que l'Écriture dit? "Or Abraham crut en Dieu et cela lui fut imputé à justice". Maintenant à celui qui travaille, la récompense n'est pas considérée comme une grâce, mais comme une dette; à la place celui qui ne travaille pas, mais croit en celui qui justifie les méchants, sa foi lui est imputée à justice. David lui-même proclame la béatitude de l'homme à qui Dieu impute justice sans œuvres, disant: « Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées et dont les péchés sont couverts. Heureux l'homme à qui le Seigneur n'imputera pas le péché". Alors maintenant, cette béatitude n'est valable que pour les circoncis, ou même pour les incirconcis? Parce que nous disons que la foi a été imputée à Abraham comme justice. Comment, alors, lui a-t-on imputé? Alors qu'il était circoncis ou non circoncis? Pas pendant qu'il était circoncis, mais quand il était incirconcis. Puis il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice de la foi qu'il avait eue alors qu'il était encore incirconcis, de sorte qu'il était le père de tous ceux qui croient même s'ils sont incirconcis, pour que justice leur soit aussi imputée, et était le père des vrais circoncis, c'est-à-dire de ceux qui ne sont pas seulement circoncis, mais qui suivent aussi les traces de la foi de notre père Abraham, qu'il avait pendant qu'il était incirconcis. En fait, la promesse d'héritier du monde n'a pas été faite à Abraham et à sa descendance par la loi, mais par la justice de la foi. Car si ceux qui sont de la loi sont héritiers, la foi est faite en vain et la promesse est annulée, parce que la loi produit la colère; en fait là où il n'y a pas de loi, il n'y a pas de transgression non plus. Par conséquent, l'héritage est par la foi; ainsi c'est par grâce, pour que la promesse soit assurée à toute la progéniture, pas seulement ce qui est par la loi, mais aussi à ce qui découle de la foi d'Abraham, qui (comme il est écrit: "Je t'ai fait le père de nombreuses nations"), il est le père de nous tous devant Dieu qu'il croyait, qui fait vivre les morts et appelle des choses qui ne sont pas comme si elles étaient. Il, espérer contre tout espoir, il croyait devenir le père de nombreuses nations selon ce qu'on lui avait dit: "Ainsi sera ta progéniture". E, ne pas être faible du tout dans la foi, il ne considérait pas son corps déjà rendu comme mort (il a presque cent ans), ni au ventre déjà mort de Sarah. Il n'a pas non plus douté par incrédulité de la promesse de Dieu, mais il fut fortifié dans la foi et rendit gloire à Dieu, pleinement convaincu que ce qu'il avait promis était aussi puissant à faire. C'est pourquoi cela aussi lui a été imputé comme justice. Or il n'est pas écrit pour lui seul que cela lui a été imputé, mais aussi pour nous à qui il sera imputé, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité Jésus d'entre les morts, notre Seigneur, qui a été donné à cause de nos offenses et ressuscité pour notre justification. (Romains 4:1-25)

        en fait, la loi n'a rien mené à son terme, c'est l'introduction d'un meilleur espoir, par lequel nous nous rapprochons de Dieu. (Juifs 7:19)

      3. Ivano Franceschinis

        donc à l'époque de l'auteur de l'Apocalypse le canon était déjà établi et partagé? Si oui, l'affaire est close, mais d'autres lettres ont dû exister et auraient pu nous aider à comprendre (les divers textes apocryphes sont trop absurdes pour être crédibles, autant que je sache, leur thèse principale serait que le Dieu de’ AT est en fait le diable!).
        en ce qui concerne la circoncision, peut-être n'ai-je pas été clair: il est incontestable que ce n'est pas l'observation de la loi qui sauve mais la foi, précisément parce qu'il est irréprochable, je m'étonne que les apôtres sur lesquels est descendu le Saint-Esprit aient eu besoin d'un concile pour s'entendre sur cette vérité;et je suis étonné qu'en dépit de ce principe, ils aient décidé de maintenir l'obligation de s'abstenir “du sang, d'animaux étouffés”

      4. Sandro

        Honnêtement, je ne comprends pas pourquoi tu insistes autant pour penser que peut-être, dans le monde, aujourd'hui il y a d'autres livres inspirés qui ne nous sont pas encore parvenus. Si nous avons la Bible aujourd'hui, nous n'avons qu'à remercier Dieu, car c'est lui-même qui le permet, c'est lui qui au fil des siècles a permis sa conservation et qui garantit qu'elle ne sera pas dispersée sur terre. Qu'il y ait eu d'autres livres n'est pas important, car ce qui nous a été révélé suffit à notre salut. Il n'y a besoin de rien de plus que ce que Dieu a décidé de nous révéler, et s'il y avait eu dans l'histoire d'autres livres nécessaires à notre salut, Dieu les ferait venir à nous.

        Quant à l'abstention “du sang, d'animaux étouffés”, bien que le salut soit par la foi et non par les oeuvres, je rajoute le chapitre 14 des Romains qui l'explique avec éloquence.

        1 Accueillez maintenant ceux qui sont faibles dans la foi, mais pas pour juger ses opinions. 2 On croit qu'il peut manger n'importe quoi, tandis que l'autre, qui est faible, ne mange que des légumineuses. 3 Celui qui mange ne méprise pas celui qui ne mange pas, et celui qui ne mange pas qu'il ne juge pas celui qui mange, puisque Dieu l'a accepté. 4 Qui es-tu qui juge le serviteur des autres? Il se lève ou tombe, cela concerne son propre seigneur, mais il restera stable, parce que Dieu est capable de le garder debout. 5 L'un estime un jour plus que l'autre, et l'autre estime que chaque jour est le même; chacun est pleinement convaincu dans son esprit. 6 Celui qui observe le jour, Il le fait pour le Seigneur; celui qui n'a pas égard au jour le fait pour le Seigneur; celui qui mange le fait pour le Seigneur et rend grâce à Dieu; et celui qui ne mange pas ne mange pas pour le Seigneur et rend grâce à Dieu. 7 En fait, aucun de nous ne vit pour nous-mêmes, il ne meurt pas non plus pour lui-même, 8 parce que, même si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur; donc que nous vivions, si nous mourons, nous sommes au Seigneur. 9 Car à cette fin le Christ est mort, il est ressuscité et est revenu à la vie: régner sur les morts et les vivants. 10 Maintenant, c'est à votre tour, pourquoi jugez-vous votre frère? Ou pourquoi tu méprises ton frère? Parce que nous devons tous comparaître devant le tribunal du Christ. 11 C'est en effet écrit: "Comment je vis, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant moi et toute langue rendra gloire à Dieu ". 12 Alors chacun de nous rendra compte de lui-même à Dieu.
        13 Par conséquent, nous ne nous jugeons plus les uns les autres, mais plutôt cette: ne pas causer d'accrocs ou de scandale à son frère. 14 Je sais et suis persuadé dans le Seigneur Jésus, que rien n'est impur en soi, mais celui qui valorise quelque chose d'impur, pour lui c'est impur. 15 Mais si ton frère est attristé par la nourriture, tu ne marches plus selon l'amour; ne détruis pas celui pour qui Christ est mort avec ta nourriture. 16 C'est pourquoi ce qui est bon pour vous ne devient pas un sujet de reproche, 17 car le royaume de Dieu n'est ni de manger ni de boire, mais justice, paix et joie dans le Saint-Esprit. 18 En effet, ceux qui servent Christ dans ces choses sont agréables à Dieu et approuvés par les hommes. 19 Poursuivons donc les choses qui contribuent à la paix et à l'édification mutuelle. 20 Ne détruisez pas l'œuvre de Dieu pour la nourriture; bien sûr, toutes choses sont pures, mais c'est mal quand on mange quelque chose qui est une occasion de péché. 21 il est bon de ne pas manger de viande, ni boire de vin, ni faire quoi que ce soit qui fasse trébucher, scandaliser ou affaiblir ton frère. 22 tu as la foi? Gardez-le pour vous devant Dieu; bienheureux celui qui ne se condamne pas dans ce qu'il approuve. 23 Mais celui qui doute, s'il mange il est condamné, car il ne mange pas avec foi; maintenant tout ce qui ne vient pas de la foi est péché.

        Dans ce chapitre, Dieu veut nous dire que les forts dans la foi, – ceux qui savent que tout se mange, – ils ne doivent jamais être une cause de scandale ou de péché pour les plus faibles. Si les plus faibles souhaitent ne manger que peu d'aliments selon leur conscience, il doit être autorisé, car il serait de la responsabilité du plus fort de blâmer le plus faible, c'est-à-dire que ce serait un péché de pousser les plus faibles à manger des aliments que selon leur conscience ils ne peuvent pas manger, et agir contre la conscience, c'est justement tomber dans le malin. Donc il est dit de s'abstenir de sang, ne pas laisser le plus fort être une cause de péché pour le plus faible.
        Souvenons-nous que le Christ, qu'il n'ait pas péché, il a offert notre vie et l'a sacrifiée pour nous sans hésitation! Nous devrions prendre exemple sur Lui, et ne te retiens pas de te sacrifier pour les autres, pour l'amour de la paix, car le Royaume de Dieu n'est pas dans la cuisine.

      5. Sandro

        *il a offert sa vie.

      6. Ivano Franceschinis

        le principe de ne pas faire scandale est à un autre niveau par rapport à la décision du conseil de ne maintenir que quelques obligations: si le salut n'est que par la foi, ils auraient dû les rejeter tous à la fois. On voit que la prise de conscience de l'inutilité de ces obligations s'est progressivement; Je dirais que la discussion peut être close ici, désolé si je t'ai fait perdre du temps sur des détails marginaux.
        Au lieu de cela, je trouve le discours sur la conscience intéressant: il semblerait qu'agir selon la conscience puisse couvrir toute ignorance concernant la Parole. Selon vous, c'est sur ce principe que ceux qui n'ont pas pu le savoir seront jugés? A mon avis oui, la volonté de Dieu est imprimée dans la conscience de chacun, ce qui impose des limites à nos actions et garantit que même un athée a une idée de ce qui est permis et interdit de faire. J'ai même l'impression que les religions (même ceux qui semblent implacables à unifier leurs fidèles, comme par exemple l'Islam) ne sont que des illusions et qu'en réalité chaque âme a sa propre religion, qui coïncide avec sa conscience

      7. Sandro

        je suis en partie d'accord avec toi: tout d'abord, la loi ne doit pas être considérée comme inutile, car par elle il a été possible de connaître le péché (Romains 7:7), et il a également servi à introduire l'espérance en Christ, le seul capable de pouvoir l'accomplir et de l'achever pour notre salut (Romains 8:3-4).
        Sinon, il est plausible de penser à la place, qu'une telle croyance, – s'abstenir de certains aliments malgré tout, – était progressif, comme tu dis, être l'homme faillible, mais je crois personnellement que la motivation principale est dans les versets que je vous ai mentionnés.
        Ce sont des problèmes marginaux, Oui, tu as raison, l'important c'est d'avoir foi en Christ.
        Quant à la conscience, je pense exactement la même chose que toi, puisqu'il ressort clairement de la lettre aux Romains:

        En effet tous ceux qui ont péché sans la loi, ils périront aussi sans la loi; et tous ceux qui ont péché sous la loi, ils seront jugés selon la loi, 13 car ceux qui entendent la loi ne sont pas justes devant Dieu, mais ceux qui pratiquent la loi seront justifiés. 14 En effet, lorsque les Gentils, qui n'ont pas la loi, ils font par nature les choses de la loi, ils, n'ayant pas de loi, ils sont la loi d'eux-mêmes; 15 ceux-ci montrent que l'œuvre de la loi est écrite dans leur cœur pour le témoignage que rend leur conscience, et pourquoi leurs pensées s'excusent ou même se blâment mutuellement, 16 le jour où Dieu jugera les secrets des hommes par Jésus-Christ, selon mon évangile. (Romains 2:12-16)

        Tu n'as pas à t'excuser, Je crois que la confrontation et le dialogue sont fondamentaux pour chacun, il y a toujours quelque chose à apprendre des autres.
        Personnellement, je crois que souvent ceux qui ne croient pas, les athées, ils sont placés sur l'avant-dernière marche de la foi la plus limpide, car ils sont tourmentés par les doutes, contrairement à ceux qui n'ont ni chaud ni froid, qui ne s'intéresse pas à de telles questions, – comme l'écrivait Dostoïevski. –
        Je suis donc heureux de pouvoir vous aider à ma façon, et compare mon point de vue avec le tien.

        🙂

      8. Ivano Franceschinis

        cependant, la conscience peut être influencée par l'environnement dans lequel on vit: par exemple, en grandissant dans une société qui inculque une sexualité libre de toutes contraintes depuis l'adolescence, il peut être difficile de développer de manière autonome le concept du péché d'adultère; mais on peut s'excuser de l'ignorance si l'on va même à l'encontre du Décalogue?
        sai, Je semble vous avoir apporté un certain temps’ loin du sujet de ce post…pensez-vous que ChristianFaith va me gronder? 🙂

      9. Sandro

        donc, à mon avis, même si la société persuade l'homme avec des valeurs éthiques qui diffèrent des valeurs chrétiennes, la conscience humaine ne succombe pas à cela, en effet il sera toujours présent en nous; ce sera peut-être plus difficile de l'écouter, – ou peut-être plus facilement écouté précisément parce qu'il est plus en contraste avec des valeurs de plus en plus abjectes, – mais je crois que, dans ce cas, par exemple, toute personne vivant dans une société où la polygamie est autorisée, et avoir des relations sexuelles avec plusieurs conjoints, cela ne veut pas dire qu'il n'a pas la conscience dans son cœur qu'il fait quelque chose de déconseillé, précisément pour la douleur que cela pourrait causer aux personnes qui lui sont proches. Ignorance des commandements, je ne pense pas que cela existe. je vais t'expliquer, les dix commandements sont une expression d'amour, ils sont l'enseignement que Dieu a voulu nous donner pour que nous puissions vivre en Christ, et ils ont été synthétisés par Lui-même ainsi: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute votre âme et de tout votre esprit " (Matteo 22:37), "Aime ton prochain comme toi-même" (Matteo 19:19). L'amour n'admet pas l'ignorance. Tout le monde sait ce que signifie aimer, mais, Malheureusement, tout le monde ne réalise pas à quel point il est impossible pour l'homme de trouver un moyen de faire le bien, vivre dans un corps de péché (Romains 7:18-25). Pour cette raison,, l'homme a aussi besoin de sa propre conscience, se rendre compte à quel point c'est méprisable, et combien il a toujours besoin de Christ, élevé pour nous, afin qu'il puisse être le chemin pour nous conduire à Dieu (Giovanni 3:14-19). Laisse moi être clair, nous sommes incapables de nous racheter, notre conscience est le reflet de Dieu, bien sûr, il nous aide à avoir la conscience du bien, il nous aide à avoir une relation avec l'Éternel, mais c'est Lui qui fait miséricorde (Romains 9:16).

        oui, Je pense que nous sommes en train de transgresser… 🙂

  2. Ivano Franceschinis

    mais il y a des savants qui accordent à Moïse la paternité de la Torah? Car il semble qu'à ce sujet les seules certitudes soient:
    1) que la Torah n'est pas l'œuvre d'un seul écrivain, mais un assemblage de textes e
    traditions
    2) que non seulement l'assemblée mais aussi la composition de ces textes appartiennent à
    époques postérieures, tout au plus un peu avant la monarchie - et il faut garder à l'esprit
    aussi des révisions sacerdotales qui peuvent avoir modifié les concepts théologiques
    les pliant à leur propre vision de Dieu: au moins la découverte du livre de la
    La loi sous le règne de Josias, pas tant la découverte elle-même que le fait que
    provoquer une réforme religieuse. Peut-être que les Israélites ne savaient pas déjà par cœur
    quel était le fondement principal de leur religion? Pourtant transmission orale
    c'est beaucoup plus fiable que vous ne le pensez (les textes sacrés hindous des Védas
    ils ont traversé trois mille ans de transmission orale seuls, malgré qu'ils étaient
    accessible seulement à une petite minorité d'élus)

  3. Sandro

    Concernant cette question, je laisse quelqu'un de plus compétent que moi répondre, mais permettez-moi de vous rappeler que la fiabilité de la Torah nous vient directement des Juifs eux-mêmes, qui reconnaissent l'auteur dans Moïse. Aussi je veux vous mettre en garde contre ces théories et hypothèses frivoles appelées scientifiques, qui n'ont rien de scientifique du tout; si de telles théories, je répète THÉORIES, nous les comparons avec le témoignage direct de toute la culture juive, ils sont instantanément annulés, faute de fondations!

Laisser une réponse

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec ça, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite