La Bible d'Erasme de Rotterdam

1 mars 1516 Bâle a été publié et mis en vente à l'éditeur Froben de Bâle, la Chaque nouvel outil par le grand humaniste Erasme de Rotterdam.

Erasmus, pour son édition, il a choisi les manuscrits qui lui étaient les plus facilement accessibles, il a fait les corrections qu'il jugeait nécessaires et les a envoyées directement à l'imprimeur, où ils ont été traités comme n'importe quel autre manuscrit, sur laquelle les compositeurs typographiques ont dessiné leurs signes d'attrait avec la plus grande facilité. Pour l'Apocalypse, John Erasmus n'a trouvé aucun manuscrit à Bâle, mais il en avait un prêté par son ami Reuchlin. Dans ce manuscrit, la dernière partie de l'Apocalypse manquait: Erasme a résolu le problème en faisant lui-même une rétroversion du passage manquant du latin au grec et de plus avec plusieurs erreurs.

Le volume contenu devant le texte grec, une traduction latine d'Erasmus.

Le défaut fondamental de cette édition n'est pas les nombreuses erreurs qu'elle contient, mais dans le type de texte. Erasmus avait placé les codes des XIIe-XIIIe siècles comme base de l'édition, lequel, dans l'ensemble, transmis le texte de l'époque byzantine, le koine, la “texte majoritaire”, c'est-à-dire le plus récent et le pire des différents types de texte dans lesquels le Nouveau Testament nous est parvenu; et les successeurs d'Erasmus l'ont suivi de cette façon. Le texte des éditions qui ont adhéré à celui d'Erasmus s'appelle textus receptus .

Le travail d'érudits comme Bengel, Wettstein et Griesbach et surtout Karl Lachmann, professeur de philologie classique à Berlin, qui a déclaré la nécessité de revenir au texte de l'Église de la fin du IVe siècle, il conduira progressivement à l'abandon du textus receptus. Le premier à mettre en œuvre le programme de Lachmann sera Constantin von Tischendorf, qui a d'abord traduit le code réécrit d'Ephrem (seconde. V) puis fait la découverte sensationnelle du code Sinaitic (seconde. IV), sur lequel il a fondé son édition du Nouveau Testament. En Angleterre Brooke Foss Westcott (professeur à Cambridge et plus tard évêque à Durham) et Fenton John Anthony Hort (professeur à Cambridge), ils ont pris le Code du Vatican comme base de leur édition (seconde. IV). L'abandon définitif du textus receptus s'est produit en 1898 avec la publication à Stuttgart du Novum Testamentum graece d'Eberhard Nestlé.

Tu pourrais aussi aimer
Il n'y a pas de commentaires
  1. Roberto Skizz

    J'ai lu sur wikipedia que la bible de John Diodati a été faite à partir des textes originaux (pour le Nouveau Testament, cependant, il a utilisé la version imparfaite d'Erasme), avec un œil sur les œuvres de Teofilo et Brucioli. Il a subi des révisions ou des versions ultérieures dans le 1641, 1712, 1744, 1819, 1821.
    cela signifie par hasard que le nouveau testament pourrait être mal traduit ou qu'il pourrait y avoir des erreurs graves?

    1. La foi chrétienne

      je ne crois pas, voir, Je le lis aussi en anglais et la traduction est toujours la même!

      1. Roberto Skizz

        je comprends, cependant, j'ai récemment acheté la nouvelle version et je vais essayer de la comparer à d'autres versions de la bible =)

  2. Alessio Rando

    Cara ChristianFoi, la traduction de la Bible du C.E.I. (comme d'autres traductions bibliques catholiques) ça pourrait être un peu une traduction “biaisé”, c'est-à-dire dans lesquels sont insérés des termes qui conviennent à l'Église catholique? Merci pour la réponse!!!

    1. La foi chrétienne

      En fait, oui, même si elles sont à peu près les mêmes que nos traductions. La raison principale est les notes de bas de page expliquant leurs doctrines, et quelques termes rendus de manière à expliquer le culte marial. Voir qu'ils traduisent “mère” à la place de “donna” comme Jésus a appelé Marie. Jésus s'est tourné vers elle en l'appelant toujours “donna” plutôt.

Laisser une réponse

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec ça, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite